4. Éliminer les mythes

Il y a plusieurs mythes entourant l'agression sexuelle durant l'enfance. Il est important de discuter de ces mythes afin de mettre fin à ces agressions. MYTHE : La majorité des enfants sont agressés par des inconnus. RÉALITÉ : Dans la majorité des cas (environ 80%), les enfants sont agressés par un adulte qu'ils connaissent et en qui ils font confiance. MYTHE : Si un enfant consent ou accepte de l'argent ou un cadeau pour des activités sexuelles, ce n'est pas une agression sexuelle. RÉALITÉ : Selon la loi, les enfants âgés de moins de 12 ans ne peuvent jamais consentir à une activité sexuelle. De plus, les enfants âgés de 12 à 14 ans peuvent consentir à une activité sexuelle seulement avec un(e) partenaire qui n'est pas plus de 2 ans son aîné. MYTHE : La plupart des enfants victimes d'agression sexuelle ont séduit, ont fait des avances de nature sexuelle ou ont fait quelques choses dans le but d'avoir des rapports sexuels. RÉALITÉ : La responsabilité des agressions sexuelle envers les enfants revient entièrement à l'adulte qui a choisi d'agresser. Il ne faut pas oublier que les adultes ont plus de connaissances que les enfants et qu'ils sont là pour guider et protéger les enfants. Personne ne mérite de se faire agresser sexuellement. MYTHE : Les agressions sexuelles envers les enfants arrivent seulement dans les familles pauvres, minoritaires et peu éduquées. RÉALITÉ : Les agressions sexuelles commises envers les enfants arrivent dans tous les milieux, peu importe la catégorie sociale et économique. MYTHE : Les personnes, victimes d'agression sexuelle durant l'enfance, qui n'ont pas dévoilé ou qui n'ont pas réagi sur-le-champ, ont dû aimer cela. RÉALITÉ : Les raisons qui empêchent les personnes à briser le silence sont multiples et complexes. Les sentiments de honte et de culpabilité, les peurs y compris celle de briser la famille, les menaces, l'incapacité de subvenir à ses besoins et les réactions des autres sont tous des facteurs qui peuvent empêcher l'enfant de parler. MYTHE : Être victime d'agression sexuelle durant l'enfance, c'est grave, mais pas autant lorsque c'est avec un membre de la famille et qu'il n'y a pas eu de violence. RÉALITÉ : Les études démontrent qu'au moins 80% des enfants victimes d'agression sexuelle manifestent des traumatismes graves et des problèmes émotionnels, comportementaux et de développement. Être trahi par une personne en qui nous avons confiance a des conséquences graves, peu importe la personne qui agresse.

Prendre avantage d'un enfant pour satisfaire ses besoins et ses désirs sexuels en utilisant le pouvoir et le contrôle est un crime.